2020 : Révolution télétravail !

Le mot est sur toutes les lèvres depuis quelques mois et le début de la pandémie. Pour certains c’était jusqu’ici un Graal inatteignable désormais édicté en norme, pour d’autres, un monde inconnu et contraint auquel il faut s’adapter sans préparation.

 

Un changement de paradigme

Depuis plusieurs années déjà, nous constatons l’émergence de ce nouveau critère pour les candidats (en particulier les développeurs) que nous rencontrons. Celui-ci se positionne même très souvent au-devant des considérations salariales, les candidats étant prêt à faire des concessions pour retrouver un meilleur cadre de vie.

Le télétravail étant déjà un critère important pour certains candidats dans le choix de leur future entreprise, celles-ci s’y sont résolues (parfois à contre coeur, ou timidement), en proposant parfois quelques jours de remote par mois.

La crise a considérablement changé la donne, en imposant par défaut ce nouveau mode de travail. Les entreprises les plus traditionnelles se rendent compte que cela peut fonctionner et avec l’habitude se rendront certainement compte que la productivité est peut-être même plus importante qu’au bureau (si tant est que le télétravail est un mode choisi par l’employé et non imposé) 

Les attentes, une fois que la situation sera revenue à la normale, seront d’autant plus importantes de la part des employés. Les entreprises devront ancrer cette pratique dans la durée car, mis en place dans les bonnes conditions, cela sera un avantage concurrentiel considérable pour attirer les meilleurs talents dans une marché ultra pénurique.

En réalité, certaines entreprises, en particulier des startups innovantes, n’ont pas attendu la pandémie du Coronavirus pour instaurer ce mode de fonctionnement. En effet les avantages sont nombreux. Cela permet, nous l’avons dit, d’attirer les meilleurs talents mais aussi de pouvoir recruter de manière beaucoup plus large (sur tout un fuseau horaire, voire davantage plutôt qu’uniquement dans une région spécifique). Pour les salariés, cela supprime les temps parfois considérables de transport entre leur domicile et le bureau et leur permet de s’organiser avec plus de liberté.

La réalité qu’ont beaucoup de mal à avouer les dirigeants est que le principal frein jusqu’ici était le manque de confiance qu’ils plaçaient dans leurs employés, tout en justifiant leurs réticences en disant que cela nuirait à “l’esprit d’équipe”.


Qu’est ce que cela change concrètement ?

Ce qui apparaissait hier comme un cap infranchissable (voire même un tabou !) devient la règle de facto. Et les entreprises se rendent compte que cela fonctionne et que la productivité de leurs salariés ne diminuent pas.

Le point important à retenir est que le télétravail que nous vivons aujourd’hui est un télétravail subi qui répond à une urgence. Les entreprises étaient pour la plupart mal ou pas du tout préparées. Or cela peut représenter une souffrance pour certains employés qui ne disposent pas de bonnes conditions chez eux pour travailler efficacement. 

Le télétravail est une modification profonde de l’organisation du travail comme a pu l’être, par exemple, le passage en Open Space. Cela signifie que ce n’est pas une solution magique et que son succès, ou son échec, dépendent essentiellement de la façon dont il sera mis en place. 

Il conviendra aux entreprises d’instaurer une politique du télétravail. Cela doit être réfléchi, pesé et discuté au sein de l’équipe et aura un impact sur la culture d’entreprise. Nous pensons par exemple à l’instauration d’une pratique dite du “tout à l’écrit”, essentielle afin d’éviter toute déperdition d’informations et permettant le travail en asynchrone.


On ne reviendra pas en arrière 

La crise a profondément modifié la perception des gens sur ce qu’est le travail et ce qu’ils attendent en terme d’équilibre. Certains se sont par exemple initié au jardinage dans leur maison de campagne tout en travaillant par webcam et se rendent compte qu’il existe un autre champs des possibles.

Une décentralisation est donc probable à moyen terme ce qui aura un impact sur une compétitivité encore plus importante sur le marché du recrutement et les entreprises vont devoir se montrer d’autant plus attrayantes pour attirer les meilleurs. De plus en plus d’entreprises dans le monde vont désormais proposer du 100% télétravail (ou full remote) et ainsi pouvoir recruter des employés aux quatre coins de la planète (comme le montrent les grandes annonces de passage au remote by default des géants du numérique tels que Twitter, Square, Shopify, Facebook mais aussi même d’entreprises plus anciennes et françaises telles que PSA qui va instaurer une part de télétravail plusieurs jours par semaine)

Des secousses sur le marché de l’emploi vont certainement avoir lieu avec des ajustements à la marge, mais la tendance sur le long terme restera la même pour ces profils digitaux. Le rapport de force restera très largement en faveur des candidats et les entreprises les mieux préparées en sortiront gagnantes.

Vladimir

Vladimir

Founder

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Découvrez nos autres articles